21-07-2021

Philippe Brassac : "La reprise est là... depuis 12 mois"

En ce début d'été, l'horizon paraît dégagé. L'économie va bien, mieux que prévu. La levée progressive des restrictions a créé un vent d'optimisme, qui se traduit par une reprise forte de l'activité. Le climat des affaires progresse et atteint son plus haut niveau depuis quatorze ans, y compris dans les secteurs particulièrement touchés, comme l'hôtellerie-restauration. Dans l'industrie, les carnets de commandes continuent à se remplir, malgré des tensions sur l'approvisionnement de certains biens. Sur le front de l'emploi, les embauches dans les secteurs ayant détruit des postes durant la crise connaissent un redémarrage dynamique. 

Lisez, likez, partagez ou commentez la tribune de Philippe Brassac sur LinkedIn

Philippe Brassac : "La reprise est là... depuis 12 mois"

L'économie fonctionnera à nouveau "normalement" lorsqu'elle tournera sur ses seuls revenus et non plus en partie sur ses aides.

La puissance du rebond semble surprendre, elle paraît prendre de court nombre de commentateurs de la vie économique. Nous aurions sous-estimé la force de la reprise, en l'absence de référentiel passé. Pourtant, cette base de comparaison, nous en disposions bien depuis près de douze mois. Rappelons-nous que, à l'été 2020, dès la fin du confinement, l'activité avait mécaniquement redécollé, avec un PIB au troisième trimestre en hausse de plus de 18%. La reprise fut bien en "V" à chaque levée des contraintes, malgré les pronostics contraires. C'est bien à partir de fin juin 2020 que nous avons rattrapé les indicateurs d'activité de 2019 pour tous les secteurs autorisés à opérer. 

Les demandes de crédit à la consommation et à l'habitat sont revenues à la normale dès l'été 2020, et l'excès d'épargne des ménages a commencé à refluer dès le début 2021. Les dispositifs publics de soutien ont réellement sauvegardé le tissu productif et limité les destructions d'emploi, y compris l'emploi privé salarié. Et malgré le mur de faillites inlassablement annoncé, les défaillances d'entreprises ont fortement reculé en 2020 et demeurent faibles début 2021 : en soutenant massivement l'économie, l'Etat n'a pas reporté les faillites à plus tard, il les a tout simplement évitées. 

Mais un excès n'est-il pas en train de chasser l'autre ? Au spectre d'une inévitable faillite du système, alors même que la crise était objectivement maîtrisée, semble désormais succéder un sentiment d'euphorie sur le retour à la normalité. Or, si la reprise est bien là, et depuis pas mal de temps, le retour à la normalité reste à atteindre : l'économie fonctionnera à nouveau "normalement" lorsqu'elle tournera sur ses seuls revenus et non plus en partie sur ses aides. Cela implique d'accompagner de manière très opérationnelle toutes celles et tous ceux qui doivent assurer la jointure entre le retrait des aides et le retour progressif de leurs revenus. Cela implique aussi de réarmer nos territoires, donc de réinvestir, pour faire face au grand retour de la compétition internationale, boostée par de multiples plans de relance en Asie comme aux Etats-Unis. Cela implique enfin d'investir massivement dans les transitions nouvelles, pour le climat, l'environnement et la cohésion sociale, porteuses de croissance future pour tous. Nous avons en grande partie traité le passé. Il faut maintenant préparer l'avenir. Avec confiance et détermination. 

Adoption de la plateforme de certification blockchain de Wiztopic
Dans le but de sécuriser sa communication, le Groupe Credit Agricole certifie ses documents avec Wiztrust depuis le 20 Février 2020. Vous pouvez en vérifier l'authenticité sur le site wiztrust.com.

Notre Expert lié