06.06.2017

Les Politiques sectorielles de Crédit Agricole S.A

Dès le début des années 2000, les grandes banques internationales ont commencé à évaluer les impacts sociaux et environnementaux des grands projets d’infrastructures qu’elles finançaient dans le monde, et à encadrer davantage leurs interventions. Ce mouvement collectif s’est incarné dans les Principes Equateur, principes volontaires aujourd’hui signés par plus de 70 banques, et dont Crédit Agricole SA a été le premier signataire en France, dès 2003.

A partir de 2010, Crédit Agricole SA a mis en place des politiques sectorielles encore plus restrictives dans certains secteurs ayant des impacts potentiels élevés et représentant un enjeu important pour les engagements de la banque. Ces politiques témoignent d’une volonté d’intégrer aux activités du Groupe et à ses arbitrages des enjeux collectifs comme le respect des droits humains fondamentaux, la lutte contre le réchauffement climatique ou la préservation de la biodiversité. Les politiques sectorielles introduisent des conditions d’intervention et formulent des critères d’analyse et d’exclusion dans toutes les transactions associées aux secteurs suivants :

-          armement (2010) ;

-          énergie (pétrole et gaz, gaz de schiste, centrales thermiques charbon, centrales hydroélectriques, nucléaire) (2012 – révision de la politique sur les centrales thermiques charbon en 2015 et 2016 avec exclusion totale) ;

-          mines et métaux (2013, révision en 2015) ;

-          transports (aéronautique, maritime, automobile) (2013) ;

-          infrastructures de transport (2014) ;

-          immobilier (2015) ;

-          forêts et huile de palme (2015).

Si l’on veut respecter les objectifs de stabilisation du climat fixés par la communauté internationale, 80 % des réserves d’énergies fossiles actuelles ne doivent pas être extraites ni consommées. Or le charbon génère 65 % des émissions de gaz à effet de serre des énergies fossiles, selon une étude de la Carbon Tracker Initiative. Conscient de ce risque croissant, le Crédit Agricole a entamé depuis le premier semestre 2015 une politique générale de désengagement progressif du financement des activités liées au charbon. Depuis fin 2016, elle est totale, plus aucun projet charbon ni entreprise majoritairement investie dans le charbon ne peuvent être financés.

download.success
Malheureusement, il semble que nous ayons eu un petit soucis technique. Pouvez-vous retenter votre chance ?