13-06-2016

Amundi

Amundi, le METI et Option Finance présentent les résultats de la 5ème vague du baromètre sur la compétitivité des Entreprises de Taille Intermédiaire (ETI).

Des dirigeants d’ETI toujours dynamiques et davantage confiants face au défi pressant de la compétitivité

Amundi, le METI et Option Finance présentent les résultats de la 5ème vague du baromètre sur la compétitivité des Entreprises de Taille Intermédiaire (ETI).

Peu sujets aux problèmes de financement et s’accordant sur une stabilisation de l’écosystème (juridique et fiscal), les dirigeants des Entreprises de Taille Intermédiaire (ETI) françaises, toujours très dynamiques en termes d’investissement, semblent désormais plus confiants sur la compétitivité de leur entreprise. L’attractivité de leurs entreprises pour recruter de nouveaux talents, la transformation digitale, la modernisation de l’appareil de production et sa robotisation sont aujourd’hui au cœur des enjeux de développement, de croissance et de compétitivité des entreprises de taille intermédiaire.

 

  1. Une confiance accrue des dirigeants d’ETI dans l’évolution de leur activité à 12 mois  

Si les dirigeants d’ETI françaises restent très majoritairement positifs (92%) sur l’évaluation de la compétitivité de leur entreprise et estiment même que celle-ci s’est améliorée (pour 72%) au cours des 12 derniers mois - chiffres stables depuis janvier 2015 -, le taux global de confiance en l’évolution de leur activité à 12 mois est quant à lui en hausse significative, atteignant 89%, soit +6 points vs la vague précédente. Notons la hausse remarquable du taux de confiance forte (réponses « tout à fait ») de +12 points (de 22% à 34%), niveau le plus haut depuis le début du Baromètre.

La principale raison invoquée reste, chez 74% des dirigeants d’ETI, l’amélioration de la productivité, toujours en tête depuis le 1er Baromètre.

 

  1. Un environnement juridique et fiscal qui ne se dégrade plus

Si la baisse de la fiscalité des entreprises apparait toujours comme le premier moteur d’amélioration de la compétitivité de l’entreprise pour 1 dirigeant d’ETI sur 2, on note un sentiment de stabilisation du poids global des taxes et impôts. Pour la première fois depuis la vague 1 du Baromètre en septembre 2014, une vraie majorité des dirigeants d’ETI (57%) a le sentiment que ce poids s’est stabilisé (48%) et même qu’il est en baisse (9% des ETI).  Ses résultats sont proches quel que soit le type d’ETI (taille/secteur/région).

Par contre, environ 1 ETI sur 2, en particulier en régions (51% vs 40%) ainsi que dans le secteur Industrie/Construction (16% vs 8% pour les services) a le sentiment que les contrôles fiscaux/URSSAF sont plus fréquents, avec un durcissement des possibilités de dialogue et de négociation.  

 

  1. Des dirigeants d’ETI  plus dynamiques en termes d’investissement

83% des ETI (vs 77% à la vague 4) estiment avoir une faculté suffisante d’autofinancement pour investir, et 79% estiment avoir une bonne capacité d’endettement. Dans ce contexte, les investissements repartent à la hausse. C’est désormais 58% des ETI (+8 points vs vague 4) qui ont réalisé au moins une opération de financement en vue d’investir au cours des 12 derniers mois. Le Crédit Impôt-Compétitivité-Emploi (CICE) a contribué favorablement aux décisions d’investissement : 84% des ETI déclarent en avoir bénéficié au cours des 12 derniers mois avec une différence de 16 points entre l’Ile-de-France (73%) et les régions (89%).

Pour la première fois, ce n’est plus le renouvellement de l’appareil productif qui tient le haut du classement des priorités d’investissement, mais le recrutement et la formation pour 59% des ETI (+17 points vs vague 4).

Selon les secteurs : si la production (principalement le renouvellement de l’appareil productif) reste la priorité n° 1 (pour 65%) dans le secteur industriel vs le marketing et la communication pour 58% des dirigeant d’ETI, les nouveaux indicateurs montrent une importance réelle accordée aux investissements liés à la transformation digitale : 38% des dirigeants d’ETI souhaitent y investir dans les 6 prochains mois plus particulièrement dans les grandes ETI (47% pour les ETI dont le chiffre d’affaires est supérieur à 200 millions d’€) et dans les e-services (46%).

 

  1. Des difficultés à recruter, une réalité pour les ETI

1 ETI sur 2 rencontre des difficultés de recrutement, et ce quelle que soit sa taille. Une tendance un peu plus marquée dans l’industrie et en régions.  Deux raisons principales invoquées : 61% des ETI éprouvent des difficultés à attirer les bons candidats dans leur localité et 59% à trouver des qualifications rares, pointues ou nouvelles (taux à 68% dans le monde des Services).

Enfin, en termes d’outils mis en place permettant d’associer les salariés à la compétitivité de leur entreprise, la tendance est à la hausse pour de la formation (mis en place par 92% des ETI) et la Prévoyance (91% vs 82% en mai 2015). L’épargne salariale est mise en place dans 2 ETI sur 3 (66%) et l’Epargne Retraite dans 1 sur 3 (35%). L’actionnariat salarié est toujours l’outil le plus nettement en retrait (23%), mais néanmoins plus présent dans les grandes ETI. En termes de projection, 1 ETI sur 2 confirme la mise en place d’un plan de formation dans les 6 mois à venir.

 

 

Pièce jointe :

> Cliquer ici pour accéder à la synthèse du baromètre  

 

Méthodologie :

Enquête réalisée par Aloa Consulting par téléphone entre le 26 avril et le 20 mai 2016  auprès d’un échantillon de 266 ETI représentatif de cette catégorie d’entreprise. La représentativité a été assurée par la méthode des quotas (chiffres fournis par le METI sur la base d’études référentes), établis sur les variables suivantes : Secteur d’activité (Industrie-Construction vs Services), Chiffres d’affaires consolidé (50 à 74 millions d’€ - 75 à 99 millions d’€ - 200 millions d’€ et plus) et Région d’implantation (siège) : Ile de France/Régions. Les personnes interrogées sont exclusivement les Dirigeants de ces ETI, PDG, DG, Directeurs Financiers essentiellement.

 

Définition de l’Entreprise de Taille Intermédiaire (Insee) :

Une entreprise de taille intermédiaire est une entreprise qui a entre 250 et 4999 salariés, et soit un chiffre d'affaires n'excédant pas 1,5 Md€ soit un total de bilan n'excédant pas 2 Md€. Une entreprise qui a moins de 250 salariés, mais plus de 50 M€ de chiffre d'affaires et plus de 43 M€ de total de bilan est aussi considérée comme une ETI. Les ETI constituent une catégorie d'entreprises intermédiaire entre les PME et les grandes entreprises.

 

Contacts presse:

Amundi : Sonia Kobiela – 01.76.33.79.56 – sonia.kobiela@amundi.com

METI : Alexandre Montay– 01.56.26.00.66 – dg@m-eti.fr

Option Finance : Sylvie Alinc – 01 53 63 55 55 – sylvie.alinc@optionfinance.fr

 

amundi.com

 

 Suivez-nous sur Twitter : twitter.com/Amundi_FR  

 Rejoignez-nous sur Facebook : http://www.facebook.com/AmundiOfficial

  Suivez-nous sur LinkedIn : https://www.linkedin.com/company/amundi-

 

Amundi se classe 1er acteur européen et dans le Top 10 mondial1 de l’industrie de l’asset management avec près de 1000 milliards d’euros d’actifs sous gestion au plan mondial2.

Implantée au cœur des principaux bassins d’investissement dans plus de 30 pays, Amundi offre une gamme complète de produits, couvrant toutes les classes d’actifs et les principales devises.

Amundi développe ainsi des solutions d’épargne adaptées aux besoins de plus de 100 millions de clients particuliers à travers le monde et construit pour les clients institutionnels des produits sur mesure, performants et innovants, adaptés à leur activité et leur profil de risque.

Elle contribue au financement de l’économie en orientant l’épargne au service du développement des entreprises.

Amundi est devenue l’asset manager européen de référence, reconnu pour :

  • la performance de ses produits et leur transparence;
  • la qualité de la relation avec ses clients fondée sur une approche de conseil dans une vision long terme;
  • l’efficacité de son organisation et l’engagement de ses équipes au service des clients;
  • l’engagement à prendre en compte les critères de développement durable et d’utilité sociale dans ses politiques d’investissement.

 

1. Périmètre Amundi  – N°1 en montant total d’actifs sous gestion des sociétés de gestion ayant leur siège social principal situé en Europe - Source IPE « Top 400 asset managers » publié en juin 2015 sur la base des encours sous gestion à décembre 2014.

2. Données Amundi au 31 mars 2016.

Le METI est le Mouvement des Entreprises de Taille Intermédiaire. Il fédère et représente les 5 000 entreprises de taille intermédiaire française et poursuit une triple mission :

  • Faire connaître les entreprises de taille intermédiaire et porter l’ambition d’un Mittelstand français ;
  • Plaider pour un écosystème compétitif, aligné sur l’environnement économique et fiscal européen ;
  • Promouvoir l’investissement de long terme, force des ETI qui allient dynamisme économique et valeurs humaines.

www. m-eti.fr   

  • Suivez-nous sur Twitter :https://twitter.com/M_ETI

 Rejoignez-nous sur Facebook : http://t.co/Vy1yKZCx

 

Créé en 1988, le groupe Option Finance est aujourd’hui le seul groupe de presse à destination de l’ensemble des professionnels de la finance et du droit des affaires, en entreprises, dans la finance d’entreprise (banques commerciales, banques d’affaires, affacturage, assurance), dans la gestion d’actifs (asset management) et le droit des affaires. Son titre amiral, l’hebdomadaire Option Finance, se présente comme un véritable trait d’union entre les entreprises et la communauté financière. Dédié à la présentation et à l’analyse des grandes évolutions de la finance, aux innovations et montages financiers, aux problématiques de gestion des entreprises ainsi qu’à l’actualité de la communauté financière et de la gestion d’actifs, Option Finance est la référence éditoriale de cet univers professionnel.

 

www.optionfinance.fr

  Suivez-nous sur Twitter : twitter.com/Option_Finance

 Rejoignez-nous sur Facebook : http://www.facebook.com/OptionFinance

  Suivez-nous sur LinkedIn : https://www.linkedin.com/company/option-finance 

Adoption de la plateforme de certification blockchain de Wiztopic
Dans le but de sécuriser sa communication, le Groupe Credit Agricole certifie ses documents avec Wiztrust depuis le 20 Février 2020. Vous pouvez en vérifier l'authenticité sur le site wiztrust.com.